Pierria Henry (Fenerbahçe) raconte que c’est l’environnement de son enfance qui lui a appris à être un passeur et un intercepteur

Sacha RUTARD
0

Le meneur américain de Fenerbahçe, Pieria Henry (1,93m, 28 ans), qui joue également avec le Sénégal, dit qu’il préfère de pas trop parler de sa vie, mais il s’est toutefois confié à la Gazzetta pour raconter combien son enfance fut à la fois difficile et enrichissante.

“Je suis né à Charleston, en Virginie-Occidentale, j’étais un enfant de la ville. Je viens de son coeur. Mon enfance fut comme celle de n’importe quel autre enfant qui a grandi dans une grande ville, dans un environnement pauvre. Ma vie n’est pas sur internet, car je l’ai choisi. Mais je veux que mon histoire soit entendue. Je ne l’avais pas fait depuis si longtemps. Je n’ai pas eu le courage de le faire, de revivre le passé, c’est pourquoi il n’y a pas de données sur internet. Je ne voulais pas me souvenir d’une histoire triste, je ne voulais pas que les gens se sentent désolés pour moi, mais en fin de compte, les difficultés que j’ai rencontrées ont fait de moi ce que je suis maintenant. La ville a fait de moi l’homme que je suis aujourd’hui et je l’apprécie. Comme j’apprécie les sacrifices que ma mère a faits. J’ai grandi dans une famille monoparentale, je ne connaissais pas mon père, je connais très peu cet homme, ma maman était mon… papa.”

Pieria Henry est un chapardeur de ballon, tout en multipliant les offrandes pour ses équipiers ; il certifie qu’il doit cela à son éducation.

“Cela peut sembler banal, mais je vais le dire ainsi : certaines parties de mon jeu reflètent mon passé. J’ai grandi en apprennant à donner. Je n’ai jamais été égoïste, mais j’ai grandi avec cinq sœurs et un frère. Tous dans une pièce. Nous dormions par terre, c’était dur, nous partagions parfois cinq morceaux de poulet, alors j’ai appris à donner ma part. C’est ce que je fais sur le terrain, j’essaie de satisfaire les autres, je veux qu’ils réussissent et soient heureux. C’est l’instinct de mon passé, c’est ainsi que ma mère m’a élevé, pour être celui qui donne, celui qui aide. Il y a toujours quelqu’un qui est dans une situation pire que la tienne, donc s’il a besoin d’un vêtement qui est dans mon sac, je le lui donnerai. Comme Dieu m’a béni, j’essaie de « bénir » les autres. Les interceptions ? J’étais un enfant merveilleux et sauvage, mon environnement, m’a appris à… voler les gens “.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Tous les transferts de l'élite 2021-2022

Tous les transferts de Pro B 2021-2022

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements

Archives

décembre 2021
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019