Guide Betclic Élite 2022-23 : nos prédictions de la saison

À l’aube de la nouvelle saison de Betclic Élite, qui débute ce vendredi soir avec trois rencontres, la rédaction de Basket Europe s’est prêtée au jeu des prédictions. 

Notre guide de la saison 2022-23 comprend une présentation poussée de chaque équipe, chaque joueur, chaque coach, chaque front office de Betclic Elite. Pour y accéder dans son intégralité, et ainsi aider au développement de Basket Europe, abonnez-vous !

Cette année, il y a un sentiment global que l’ASVEL et Monaco, les deux représentants français d’Euroleague, sont un peu plus encore entrés dans une autre dimension. Laisseront-ils autre chose que des miettes à leurs concurrents ? Se situe derrière eux un bloc d’une dizaine d’équipes qui visent les playoffs, pour six places. Enfin, les plus petits budgets tenteront de survivre et de décrocher leur maintien. Deux descentes sont programmées en fin d’année, avant une saison 2023-24 dite de la bascule, avec trois rétrogradations pour repasser à 16 clubs. La lutte s’annonce farouche, à tous les étages.

1 – ASVEL

L’effectif le plus profond du championnat (14 joueurs, en attendant un quinzième potentiel), probablement l’un des plus expérimentés, qui doit grandir avec les arrivées de la star Nando De Colo et de l’averti Joffrey Lauvergne, tous deux de retour en France. Quelques paris (Polite, Mathews, Obasohan, Jackson-Cartwright) mais de quoi tenir sur la durée d’une saison régulière, en plus de l’Euroleague.

2 – Monaco

Cette fois, l’AS Monaco a décidé de ne pas griller ses cartouches trop tôt en débutant la saison avec 12 joueurs, dont cinq JFL, avant de probables renforts en cours de route. La Roca Team a surtout prolongé Mike James et s’est renforcée de son bourreau Elie Okobo, de Loyd, Brown ou encore Moerman. Un effectif d’une qualité rarement aperçue. Suffisant pour, dans le même temps, viser les playoffs d’Euroleague et s’accorder la première place de la saison régulière ?

3 – Strasbourg

Derrière les deux ogres, la SIG Strasbourg – de nouveau qualifiée en BCL – apparait comme l’un des outsiders potentiels. Le coach finlandais Lassi Tuovi, revenu de l’Euro avec une cote boostée, pourra s’appuyer ses cadres de la saison dernière (Mitchell, Maille, Lansdowne, Cavalière, Udanoh). Deux recrues à grande valeur ajoutée : le meneur-scoreur Marcus Keene, sur lesquels reposent de grands espoirs, et l’ailier Stan Okoye.

4 – Boulogne-Levallois

Les Metropolitans ont perdu leur MVP Will Cummings, ses excellents intérieurs Vince Hunter et Miralem Halilovic, mais ils ont récupéré le plus gros prospect du basket français, Victor Wembanyama, qui doit briller pour sa dernière saison en France – et sans coupe d’Europe – avant la Draft NBA 2023 où une première place lui semble promise. Vincent Collet et son staff ont aussi misé sur le récent drafté Hugo Besson, revenu d’Australie, et les trois nouveaux Américains sont particulièrement à suivre (Waters, Henry, Jones).

5 – Bourg-en-Bresse

Après une saison décevante sous les ordres de Laurent Legname, Bourg a changé de cap en misant sur Fred Fauthoux pour relancer une dynamique positive. L’ossature d’internationaux français a été conservée (Julien, Chassang, Pelos, Benitez) et des Américains à fort potentiel (Palmer, Floyd, Dickey) découvrent la France.

6 – Nanterre

Seuls trois joueurs sont restés de la saison dernière (Pinault, Sene, Dussoulier) mais les sept recrues connaissent déjà la division. La plupart y ont même performé dans un passé récent (Halilovic, Bibbins, Ndiaye, Vanwijn). Un pigiste médical renommé et à la relance : Edwin Jackson, et pas de coupe d’Europe pour se concentrer sur le championnat.

7 – Dijon

Comme à l’accoutumée, la JDA travaille dans la continuité avec sa panoplie de joueurs d’expérience : David Holston bien sûr, et ses lieutenants Jacques Alingue ou Gavin Ware. Plusieurs recrues qui ont aussi du vécu : l’international français Jonathan Rousselle ou l’ancien Palois Gregor Hrovat, toujours sous la houlette de Nenad Markovic.

8 – Limoges

Un effectif totalement renouvelé à l’exception du capitaine Nicolas Lang et du coach Massimo Cancellieri, l’année où le CSP retrouve la BCL. Les recrues américaines (Rodriguez, Hawkins, Jones, Govens) seront-elles au niveau, de même que les revenants Will Yeguete et Mathieu Wojciechowski, pour décrocher les playoffs ?

9 – Paris

Après une première saison dans l’Elite décevante, le Paris Basketball veut passer la seconde avec un nouveau coach, Will Weaver. Les pépites ont été conservées (Kamagate, Begarin), les recrues US ont séduit en présaison (Simms, Wallace) mais l’effectif sera-t-il assez dense pour briller sur la longueur, avec l’arrivée de l’Eurocup ?

10 – Le Mans 

Après une année sans playoffs, le MSB repart pour une nouvelle saison avec un pivot rookie (Carlton), un joueur devenu une star internationale à l’EuroBasket (Tarpey), et avec la soif de retrouver une place qualificative pour une Coupe d’Europe. Plusieurs départs seront difficiles à remplacer (Thomas, Cunningham, Bamforth) et déjà une blessure importante en présaison (Lemar, remplacé par Ndoye).

11 – Cholet

Plusieurs artisans de la remontada de la deuxième partie de saison dernière sont toujours là (Campbell, Dallo, Artis) et CB a réalisé un recrutement de JFL intéressants (Tillie, le duo champenois Sako – Goudou-Sinha, Curier) et d’étrangers intrigants (Patton, Ellis). L’équipe de Laurent Vila jouera la semaine prochaine le tour qualificatif de la FIBA Europe Cup, et de son succès ou non dépendront les objectifs en championnat.

12 – Gravelines-Dunkerque

Les dernières saisons furent poussives, raison pour laquelle il faut être prudent à l’aube de ce nouvel exercice. Le recrutement a été ciblé sur deux anciens coéquipiers en Euroleague, le duo D.J. Seeley – JaJuan Johnson, le potentiel Matthieu Gauzin et quelques étrangers à valeur ajoutée (Robinson, Benke, Edwards). Le tout encore piloté par J.D. Jackson.

13 – Pau

Sauvé par le gong, l’Élan Béarnais repart – débarrassé de ses « investisseurs » américains – sur un nouveau projet sportif. Et paradoxalement avec une ossature relativement bien conservée (Chikoko, Oniangue, Sané, Ayayi). Deux jeunes ont été promus, et les recrues sont des têtes connues du championnat (Stockton, Sim). Une profondeur de banc très courte qui posera certainement question au fil de la saison.

14 – Roanne

En manque de défenseurs, Jean-Denys Choulet a attiré plusieurs éléments pour combler les brèches, dont les JFL Yannis Morin et Maxime Roos. Les principaux Américains ont été conservés (March, Gant) et d’autres arrivent à la Chorale avec la ferme intention de briller (Foster, Moody). Une équipe complémentaire sur le papier, qui a réalisé une très bonne présaison. 

15 – Nancy

Cinq ans après, Nancy, piloté par Sylvain Lautié, est de retour en première division. Le SLUC a conservé les cadres du titre de Pro B, dont le MVP Stéphane Gombauld et son lieutenant Caleb Walker, et a misé sur quatre étrangers aux dents longues (Grantham, Fischer, Gallinat et Vinales). Un banc français qui devra s’adapter aux exigences de l’Elite.

16 – Le Portel

Un savoir-faire reconnu pour viser le maintien. Pas une chose aisée quand 70 % de l’effectif a été renouvelé et que la présaison, sans le coach Eric Girard, ne s’est pas révélée fructueuse, au point d’avoir déjà remplacé l’une de ses recrues (Garrett) lors d’une mise à l’essai. Trois étrangers devraient porter l’équipe : Emmanuel Nzekwesi, meilleur marqueur de BNXT, Ron Curry et l’ancien Gravelinois Terry Allen. Un banc très jeune.

17 – Fos

L’emblématique Rémi Giuitta a été remplacé sur le banc par Rémy Valin, qui a eu la bonne surprise de conserver Allan Dokossi, seul rescapé du groupe pro. Du reste, il a construit une équipe très athlétique avec de nombreuses incertitudes (DeVoe, Scott, Green, Brown). Le pivot Shevon Thompson a impressionné sur ses sorties de présaison, sera-t-il à la hauteur de la mission maintien ?

18 – Blois

Enfin en première division, l’ADA Blois a misé sur la continuité en conservant un quintuor qui lui a permis de remporter les playoffs d’accession (dont Johnson, Cornely, Ndiaye). Le club a tenté quelques coups à l’intersaison, dont un aguerri combo sortant d’une saison blanche (Smith) et un rookie (Sow), et s’est réajusté en engageant l’international serbe Djordje Gagic plutôt que Chris Coffey.

> Betclic Elite : tous les transferts de l’intersaison
> Guide de la saison : mode d’emploi

Photo : Nando De Colo (Thomas Savoja)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response
  1. Miles

    La force de Blois c’est qu’on les sous-estime.. Ils sont sérieux , ils vont gagner des matchs et certainement faire quelques bons coups en tapant des équipes de milieu de tableau. J’parie mon slip qu’ils finiront pas dernier

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

septembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019