Coupe du monde : la France chute lourdement contre le Canada

En panne d’adresse, l’équipe de France féminine a été étouffée par le Canada, qui prend les commandes du groupe de la mort (45-59). Les Bleues n’auront d’autre choix que de rebondir contre le Mali dimanche matin (6h30), sous peine d’être en danger dans cette Coupe du monde.

Ce sont les montagnes russes en Australie. Au lendemain de l’euphorie d’une entrée réussie contre le pays-hôte, les Bleues ont subi un revers tristement historique contre le Canada. Les filles de Jean-Aimé Toupane n’ont jamais mené, et surtout, n’ont inscrit que 45 points… Il va falloir se plonger dans les livres d’histoire pour trouver une aussi maigre performance offensive. 

Si la défense tricolore était plutôt en place, l’attaque n’a jamais su se défaire de l’agressivité adverse, de ses changements de défense et de sa solidité mentale. Les Françaises ont affiché une manque de réussite déconcertant : 31 % aux tirs (dont 37 % à 2-points), et un 3/19 à 3-points qui fait mal à la tête…

Panne sèche

Les Canadiennes ont pris les devants dès les premiers instants grâce à leur agressivité, au rebond, aux interceptions (0-6, 2e), mais elles n’ont pas pour autant pris le large avec un triste festival de maladresse (3/19 au premier acte). Heureusement pour elles, les Bleues, à l’image d’une Gabby Williams restée muette dans le premier acte, ne faisaient guère mieux (4/18), ce qui rendait la partie hachée et peu attrayante (9-15).

Cette réussite n’allait, en plus, pas monter chez les tricolores dans le deuxième acte. D’une interception suivie de deux points facile en contre-attaque quand les Bleues étaient déjà à -8 (9-17, 12e), Gabby Williams a tenté un moment de sonner la révolte pour lancer un 6-0 (15-17, 14e). Mais la frustration, des tirs ratés, de la zone efficace combinée à un soudain regain d’adresse des Canadiennes juste, donnait un écart de 12 points à la pause (17-29). Sachant qu’elles n’en avaient marqué que 17 jusqu’alors (à 7/25 à 2-points et 0/10 derrière l’arc), les Françaises comprenaient alors qu’une montagne se hissait devant elles.

Des Canadiennes jamais inquiétées

Le pire était à venir au retour des vestiaires, quand les filles de Jean-Aimé Toupane ne marquaient toujours pas et voyaient Shay Colley célébrer un nouveau tir primé portant l’écart à 20 points (17-37, 23e). Une démonstration défensive et collective de la part des Canadiennes. Les Françaises finissaient enfin par retrouver – un peu – de rythme offensif, à l’image, encore une fois, de Gabby Williams (25-39, 25e puis 28-43, 27e), mais il aurait fallu un plus gros coup de folie pour combler le trou (30-45 après trois quart-temps).

Après 32 minutes, Kendra Chéry inscrivait le premier tir à 3-points tricolore de la partie… avant de se fouler la cheville – sans gravité – sur l’interception suivante. Symbole d’une partie frustrante, qui se terminait par une domination intérieure de la future berruyère Kayla Alexander (9 points, 14 rebonds), sans que les Bleues ne réagissent (45-59).

Digérer rapidement la défaite

La fatigue mentale comme physique de la veille est une explication de la défaite, le niveau des Canadiennes – qui avaient battu les Serbes jeudi – en est une autre, mais comment expliquer une si longue panne d’adresse, et une telle déconvenue dans la bataille du rebond (56 prises à 38) ? D’autant que, sans Gabby Williams, auteur de 13 points à 6/15 aux tirs et 8 rebonds, l’addition aurait pu être bien plus salée.

Sarah Michel : « On savait que jouer le Canada allait être dur, elles sont fortes. Nous n’avons pas réussi à marquer, nous avons quasiment tout loupé en première mi-temps. Quand on a monté notre curseur d’intensité en deuxième mi-temps, on a réussi à grappiller un petit peu mais ce n’était pas assez. »

Jean-Aimé Toupane : « Les Canadiennes ont fait la différence physiquement, elles étaient sur toutes les lignes de passe. Je ne pense pas que la victoire contre les Australiennes hier ait influé sur le résultat, ce n’est pas notre état d’esprit. Nous allons corriger nos erreurs lors du prochain match. »

Les Bleues devront digérer leur défaite et apprécier leur seul jour de repos de la première phase avant d’affronter le Mali dimanche matin (6h30 heure française), où une victoire est indispensable pour ne pas être décroché dans ce groupe de la mort, où chaque match est un couperet, pour reprendre l’expression de la capitaine Sarah Michel.

Boxscore France – Canada / Classement groupe B / Programme

Photo : Marine Fauthoux (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

septembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019