Victor Wembanyama, un phénomène mondial en France

Victor Wembanyama (2,21 m, 18 ans) révolutionne le monde du basketball sur et en dehors du terrain. Vendredi soir, c’est grâce à lui et ses 41 d’évaluation que Boulogne-Levallois a dominé Limoges (78-69). Son équipier Lahaou Konate, son coach à Boulogne-Levallois et en équipe de France, Vincent Collet, et son adversaire de Limoges et équipier en bleu, Nicolas Lang témoignent.

Le phénomène était déjà présent à Nanterre, à Villeurbanne et à Levallois en début de saison, mais c’est le showcase à Las Vegas en octobre qui a constitué un incroyable facteur démultipliant. Les Américains, et la NBA en particulier, sont des as pour promouvoir un produit, un évènement, une star. Victor Wembanyama est devenu instantanément une célébrité mondiale, à commencer dans son propre pays.

Les saisons précédentes, il y a eu des matches au palais des sports Marcel-Cerdan avec deux, un et même aucun journaliste dans les tribunes. La semaine précédente, à Nanterre pour le match contre Gravelines, nous étions deux représentants des médias en conférence d’après-match. Changement de décor. Vendredi, pour la réception de Limoges, il y en avait une trentaine d’accrédités dont une cohorte de photographes.

Matthieu Marot du Populaire du Centre et Jérome Ostermann de France Bleu Limousin suivent le CSP à la trace, mais tous les autres étaient venus pour le gamin de dix-huit ans devenu la 7e merveille du monde du basket. À L’Equipe et au Parisien, habitués des lieux, s’étaient joints France TV, RFI et même un journaliste grec de Gazzetta. Des journalistes du New York Times et un Britannique pour Associated Press sont déjà venus rendre compte des performances du joueur des Metropolitans pour leurs lecteurs. Le plus fort, c’est évidemment ce caméraman qui le filme exclusivement pour l’application de la NBA. Il se poste derrière le panneau d’attaque des Mets et change de côté en deuxième mi-temps. Un truc aussi dingue que de voir l’équipe de Vincent Collet interrompre le championnat national pour se rendre à Vegas pour deux matches amicaux organisés dans le seul but de montrer de visu aux Américains qui est ce Victor Wembanyama aux dons surnaturels.

C’est aussi depuis ce saut de puce dans le Nevada que le palais des sports Marcel-Cerdan joue ses matches à guichets fermés. Il faut relativiser l’engouement du fait qu’il ne comporte que 2 814 places, mais l’effervescence au Mans et à Bourg a confirmé qu’il s’agit d’un phénomène totalement unique en son genre. Les Mets ont été complètement pris de court, incapables de répondre aux dix milles commandes venues de toutes parts et sans publicité. Sur leur site, le maillot de Victor à 65 euros est déclaré en rupture de stock.

Hormis quelques dizaines de Limougeauds éparpillés dans les tribunes, les spectateurs de vendredi soir n’avaient des yeux que pour lui. La fois précédente, il y avait l’ancien Premier ministre Lionel Jospin parmi les VIP et cette fois c’est l’acteur américain Michael Douglas qui est venu découvrir la rock star. À la présentation des équipes, il a eu droit à des applaudissements enthousiastes, les autres juste polis.

Photo : Michael Douglas (Metropolitans)

Unreal disent les Américains

Victor Wembayama porte le numéro 1, ce qui signifie premier très probablement de la prochaine draft NBA et, en attendant, MVP de la saison de Betclic Elite ? Car notre jeune homme est revenu encore plus confiant dans son talent de son séjour aux Etats-Unis. Il fait absolument tout sur le terrain. Il prend des rebonds, évidemment (12 contre Limoges), mène la ligue aux contres (2,9), fait des passes franches et décisives, fait signe qu’il veut la balle, conseille autant qu’il est conseillé, drive, et quand il shoote, c’est lui qui décide si la balle entre dans le cercle car personne ne peut lui obstruer le viseur. Il est largement en tête à l’évaluation, à donc 18 ans. Oubliez Alain Gilles, Hervé Dubuisson, Antoine Rigaudeau et même Tony Parker, on n’a jamais vu ça en France. Et le seul joueur qui vient à l’esprit pour une telle combinaison de taille et de skills au même âge est Arvidas Sabonis, mais c’était à une autre époque.

Top 5 des meilleurs performeurs (évaluation) de moins de 20 ans dans l’ère moderne en première division :

JoueurPerformanceAgeMatchDate
Victor Wembanyama (Boulogne-Levallois)41 d’évaluation (33 points, 12 rebonds, 4 passes, 3 contres)18 ans et 10 moisBoulogne-Levallois – Limoges (78-69)04/11/2022
Clint Capela (Chalon)41 d’évaluation (21 points, 9 rebonds, 7 passes, 6 contres)19 ans et 8 moisChalon – Roanne (95-75)01/02/2014
Tony Parker (Paris)38 d’évaluation (32 points, 7 passes, 5 rebonds, 5 interceptions)18 ans et 11 moisAntibes – Paris (82-95)05/05/2001
Sekou Doumbouya (Limoges)37 d’évaluation (34 points, 9 rebonds)18 ans et 4 moisLimoges – Levallois (106-78)18/05/2019
Nicolas Batum (Le Mans)33 d’évaluation (21 points, 12 rebonds, 3 passes, 3 contres)19 ans et 2 moisLe Havre – Le Mans (98-99)01/03/2008

On a quand même eu une frayeur à la fin du premier quart-temps. Wemby a voulu effectuer un contre, est retombé sur les fesses et s’est fait mal à la cheville. Il a passé quelques minutes au vestiaire, fait quelques mouvements pour consolider son membre meurtri, fait un signe à son coach que tout allait bien, et il est retourné au travail. Sans lui, le premier écart n’avait pas évolué, avec lui, il n’a fait que s’accroître.

Il a marqué son premier trois-points avec un défenseur sur le râble. Le cubique Desi Rodriguez ou Will Yeguete sont trop petits pour s’opposer convenablement à lui. Mais c’est son panier primé d’un pied après une série de dribbles entre les jambes qui a fait vibrer le public… et les internautes américains. Ce n’est pas nous qui écrivons UNREAL, c’est Sports Illustrated, une référence américaine. Tout comme cette claquette dunkée après avoir récupéré l’un de ses shoots ratés. Il a battu à cette occasion son record perso : 33 points.

La prochaine étape va se tenir, le 11 novembre, en Lituanie pour un match de qualification à la Coupe du monde 2023. Vous pouvez être certain que c’est le monde entier qui va suivre de près sa première sélection en bleu. Coup de chance pour le grand public, ce sera en clair sur France 4. Ensuite, pour mille raisons, le choc des Mets face à l’ASVEL et Monaco sera une régalade comme le All-Star Game à Paris-Bercy. De Victor Wembanyama, il faut en profiter à fond.

Lahaou Konate : « Ce qu’il fait, c’est du jamais vu et j’espère que ça va continuer comme ça pour lui »

Lorsque l’on a un joueur comme Victor Wembanyama dans son équipe, est-ce que ça demande une adaptation particulière ou est-ce un joueur « normal »?

Lahaou Konaté : Ce n’est pas un joueur normal puisqu’il fait 2,21 ou 2,23 m. Non, on ne s’adapte pas. On connait les consignes, on sait comment l’utiliser. Victor sait de plus en plus s’adapter. Ce soir, on savait que Limoges avait une faiblesse, la taille. On les a ciblés…



Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus

Photo d’ouverture : Tuan Nguyen

À Levallois.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Poster offert aux nouveaux abonnes de basket europe

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

novembre 2022
L M M J V S D
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019