ITW Mohammad Amini (Espoirs Monaco) : « Je veux être le deuxième Iranien à jouer en NBA et le premier en Euroleague »

Considéré comme l’un des plus grands espoirs de son pays, le jeune iranien Mohammad Amini (2,01 m, 17 ans) a fait le choix de l’AS Monaco pour terminer sa formation et le propulser dans les hautes sphères du basket international. Dominant chez les U18 et désormais dans le Championnat de France Espoirs, le Roca Boy apprend quotidiennement au contact des joueurs d’Euroleague et disputera le NBA Without Borders en février prochain. Rencontre.

Il est très peu fréquent qu’un Iranien s’exporte en Europe. Ça l’est encore plus quand il s’agit d’un jeune homme pas encore majeur. Dans nos archives, les traces des joueurs iraniens en Europe se font rares. En Allemagne, il y a eu dernièrement Behnam Yakhchali à Rostock et MBC*. Et si l’on remonte un peu plus loin, les puristes de la Pro A se souviendront peut-être du passage du capitaine de la sélection iranienne pendant près de 15 ans, Samad Nikkhah Bahrami, à Pau-Orthez lors de la saison 2008-09. 

Mohammad Amini (c) FIBA

Autant dire que si ce n’est pas une première, le parcours de Mohammad Amini intrigue. Dans le sillage de son bel été continental (dans le top 3 des meilleurs marqueurs du championnat d’Asie U16 et U18), ce jeune meneur-arrière de 17 ans, originaire de Bandar Abass et ayant été formé à l’académie du club de Mahram Tehran (plusieurs fois champion d’Asie), est arrivé en Principauté en octobre dernier après avoir obtenu son visa. 

Ce talent de la génération 2005 a d’abord outrageusement dominé chez les U18, avec une pointe à 44 points et 17 rebonds contre Lyon SO en novembre, puis ses débuts dans le championnat Espoirs quelques jours plus tard à Paris ont été remarqués (23 points, 9 rebonds). Sur ses 7 premiers matches chez les U21, il tourne à 15,3 points à 45,1 % aux tirs (dont 31,4 % à 3-points), 5,6 rebonds, 2,3 passes décisives et 1,7 interception pour 14,6 d’évaluation en 30 minutes. 

De quoi lui ouvrir les portes de l’équipe première, avec laquelle le néo-Monégasque s’entraîne, et du NBA Without Borders – événement qui réunit les principaux prospects internationaux – qu’il disputera en marge du NBA All Star Game en février prochain. Interview découverte – en farsi, traduite par son agent iranien Aydin Dianat – avec « Air Amini », qui vise la Draft NBA en 2025 tout en ambitionnant de devenir le premier joueur iranien à jouer en Euroleague.

*Outre Behnam Yakhchali (Rostock et MBC) et Samad Nikkhah Bahrami (Pau-Orthez, signature avortée à Cholet), on retrouve aussi plusieurs Iraniens à la double nationalité : l’Allemand Philip Jalalpoor à Medi Bayreuth, le Français Navid Niktash à Londres, Blois (NM1) et les Sables (NM1) ou encore l’Anglais Aaron Geramipoor en D2 espagnole et au Cibona Zagreb.

Où et à quel âge avez-vous débuté le basket ?
« Plus jeune, mes parents m’ont fait essayer plusieurs sports. J’ai testé la gymnastique, le taewkondo et le basket avec mon frère. J’ai donc commencé ce sport dans ma région d’origine, à Bandar Abass. Le premier match que j’ai joué à 14 ans, nous l’avons remporté 52-50 et j’ai marqué 49 points. Donc je me suis dit qu’il fallait que je continue dans le basket (sourire).

Pourquoi avoir choisi Monaco et l’Europe, où les cas d’exportation sont plutôt rares ? Avez-vous conscience d’être un précurseur en Iran ?
En Iran, il n’y a pas de championnat espoir. Après les U18, on est envoyé directement chez les seniors. C’est pour cette raison que j’ai opté pour un projet pluriannuel en Europe. Ça ne fait que quelques mois que je suis en France mais dans un an, une fois que je me serai parfaitement adapté au jeu européen, je veux être l’un des meilleurs joueurs du championnat espoir. Et je me répète tous les jours que je veux aller en NBA en 2025. C’est sur ce chemin que je me construis.

Mohammad Amini (Iran) au championnat d’Asie U18 (c) FIBA

Selon vous, jouer en Euroleague ou en NBA n’aurait pas été possible en restant en Iran ? Que représente l’Euroleague pour quelqu’un qui a grandi en Iran ?
Vous savez, le basket iranien est vraiment de très bon niveau en Asie. On atteint régulièrement la Coupe du monde et les Jeux Olympiques, ce qui est déjà très bien. Mais je regarde toujours plus loin, je vois plus largement que l’Asie. Après avoir réfléchi aux différentes offres que j’ai eu, j’ai vu que Monaco faisait partie des huit meilleures équipes en Europe. C’est un rêve pour tout basketteur de jouer en NBA, c’est mon objectif pour 2025. Mais pour y arriver, j’ai choisi la voie du basket européen. Monaco peut m’aider à découvrir le haut niveau, la NBA ou l’Euroleague, qui est la deuxième meilleure ligue du basket mondial.

« J’ai travaillé dur pour être nommé dans le top 40 des joueurs de ma génération. Mais ce n’est rien comparé à mon objectif d’être drafté en NBA ou jouer en Euroleague »

La différence se joue-t-elle au niveau des infrastructures ?
De mon expérience, j’ai joué pour l’un des meilleurs clubs en Iran (NDLR : de U14 à U18 chez le Mahram Tehran, plusieurs fois champion d’Asie). Au niveau des infrastructures, on avait tout ce dont on avait besoin, terrains d’entraînements, terrains de matches… J’ai eu de la chance d’aller là-bas. Dans tous les domaines, j’ai vraiment progressé. Mais après la saison dernière, j’avais le sentiment que j’avais atteint le maximum au-niveau de la compétition en Iran. J’avais besoin d’une compétition plus relevée, c’est pour cette raison que je suis venu à Monaco. Il y a de belles infrastructures, et un très bon niveau de compétition qui peut m’aider. Quand je m’entraîne avec les pros, je comprends qu’il y a encore beaucoup de choses à faire pour élever encore mon niveau de jeu. 

Quelles sont les différences majeures entre le jeu en Asie et en Europe ? 
En Asie, on a de très bons joueurs, mais il y en a peu. Il n’y en a qu’une poignée qui sont à un niveau supérieur des autres. En Europe, le nombre de joueurs de haut niveau est très supérieur. Chaque jour, chaque entraînement est un défi qui te pousse. L’autre différence, c’est la défense. Si je dois comparer avec l’Iran, ça défend beaucoup beaucoup plus dur.

Xavier Severin

Le regard de l’agent français de Mohammad Amini, Xavier Severin (Basketball International Group), sur la volonté de l’AS Monaco d’intégrer des jeunes à son groupe pro :
« L’AS Monaco a une vraie volonté d’avoir dans son centre de formation de jeunes joueurs à fort potentiel capables d’intégrer le groupe professionnel, avec l’objectif d’emmener ces jeunes jusqu’au niveau Euroleague. C’est le projet qui a été mis sur la table pour plusieurs jeunes. Et je dois dire que le club tient sacrément ses promesses car dès que Mohammad est arrivé, le staff des pros a fait sa propre évaluation. Ils lui ont ouvert la porte des pros dès qu’ils ont eu la confirmation que Mohammad s’était bien acclimaté à son nouvel environnement. Très vite, ce projet n’est pas resté abstrait. Il s’est concrétisé et ces jeunes progressent plus vite en s’entraînant avec ces grands professionnels. »

Au centre, Mohammad Amini, nommé dans le cinq majeur du championnat d’Asie U18 en août dernier à Téhéran (c) FIBA

Après un bel été avec les sélections U16 et U18, ambitionnez-vous de porter le maillot de la sélection d’Iran dès 2023 ?
Avant de venir à Monaco, je me suis entretenu avec le coach de la sélection de l’Iran. La fédération voulait m’inviter pour le camp des seniors lors de la dernière fenêtre internationale en novembre. Mais en parlant avec le staff et la fédé, on a décidé qu’il était préférable que je reste à Monaco pour progresser et, à terme, que je rejoigne l’équipe nationale. Mais la fédération m’a fait comprendre que je faisais partie du programme et ce sera un honneur de jouer pour la sélection nationale de l’Iran. Je vise les Jeux Olympiques et pourquoi pas dès Paris 2024, si je peux apporter ma pierre à l’édifice. Ce serait fantastique.

Que représente Hamed Haddadi pour vous, qui est originaire de la même région que vous ?
En Iran, tout le monde sait qu’Hamed est une personne très gentille et plus que respectable. Pour l’anecdote, il y a un an et demi, j’étais à un camp de mi-saison. Il était ici pour une thérapie et il s’est proposé pour me ramener chez moi en voiture. C’est quelqu’un de profondément gentil. Il m’a donné plein de conseils et à cette occasion, je lui ai dit qu’il était une figure importante pour moi, un leader. Je lui ai fait la promesse de jouer avec lui en équipe nationale sénior d’Iran. Et aujourd’hui, je suis très proche de réaliser cette promesse.

Comment se déroule votre adaptation à Monaco ?
J’ai eu des problèmes de visa en début de saison donc je suis arrivé dans le groupe avec du retard. Et puis ça a pris un peu de temps pour connaître les systèmes et principes de jeu du basket européen mais…

Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus

Photos : Mohammad Amini (FIBA)

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

1 / 5

Boutique Magazines et Abonnements

Archives

janvier 2023
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019