Tintin au pays des Soviets (3): Seul invité occidental au 30e anniversaire du titre olympique de 1988

Pascal Legendre
0

Diplômé de l’école Centrale de Paris, Nicolas Remise alias Jean Bogey, son pseudonyme, deviendra plus tard Directeur de Projet chez Renault. Il a vécu une aventure tout à fait extraordinaire. Effectuant son service militaire à l’ambassade de France à Moscou, il a pu pénétrer dans la mystérieuse URSS, découvrir son basket, prendre contact avec ses internationaux, et livrer chaque mois des articles au magazine Maxi-Basket dont la teneur était une exclusivité mondiale. On parle de l’URSS du début des années 80, plus vaste Etat du monde, un Etat totalitaire, sous le joug du communisme, qui avait mis au pas les Pays Baltes dont la Lituanie, et dont l’équipe nationale de basket avait été sacrée championne du monde à Cali en 1982 et deviendra championne olympique six ans plus tard à Séoul. Son chant du cygne. Nicolas Remise nous ouvre sa boîte à souvenirs, nous a fourni des photos totalement inédites, et soulève ainsi le rideau de fer…

Troisième partie de l’interview.



Avec le recul, vous qui avez vécu de l’intérieur le communisme en URSS, que pensez-vous du fait qu’une fois l’indépendance de son pays obtenue, un Marculionis soit devenu plus américain qu’un américain, de voir que le CSKA Moscou regorge de joueurs étrangers, que JR Holden ou Becky Hammon aient pu prendre la nationalité russe et disputer les Jeux Olympiques avec la Russie ?

C’était tout simplement inimaginable. Je suis parti de l’URSS en 1983 en me disant « c’est fini. Premièrement, je ne reverrai plus jamais ces joueurs-là sinon quand ils viennent à l’étranger. Mes relations sont terminées puisqu’on n’a pas moyen de converser, d’envoyer du courrier. Je ne parle pas du téléphone ! C’était écouté donc encore plus dangereux. Que ce système-là est parti pour durer encore 100 ou 200 ans. » Deuxièmement, il faut voir que les spectateurs des matches de l’époque et même maintenant ont en grande partie 40-50 ans, il n’y a pas temps de jeunes que ça. Aussi quand il y a eu les premiers Américains au CSKA c’était un public qui avait été élevé du temps de l’URSS. C’est quand même incroyable alors que l’Américain qui était l’ennemi de classe juré vienne en Russie et les aide à gagner des titres. Il y a aujourd’hui énormément d’Américains et une certaine désaffection du public. Je suis souvent allé voir des matches au CSKA et c’est rare de voir une salle pleine. En Euroleague, c’est différent, c’est plein surtout pour les grandes affiches alors qu’en championnat les salles sont à moitié pleines voire moins. Je pense qu’il y a une vraie difficulté d’identification encore plus que chez eux car on continue à dire beaucoup de mal des Etats-Unis et des pays occidentaux en général et il n’y a pas que des Américains dans leurs équipes. Donc s’identifier à des joueurs qui sont des ennemis, qui veulent du mal à la Russie c’est quand même difficile. Pour le basket russe lui-même c’est quand même un sacré appauvrissement. On voit que les jeunes ont du mal à percer, ils n’ont pas de temps de jeu. C’est un peu comme chez nous.



Abonnez-vous pour lire tous nos articles Premium et la suite de celui-ci.
*
Prénom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Prénom invalide. Merci de renseigner un prénom valide ou nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Nom
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Nom invalide. Merci de renseigner un nom valide ou de nous contacter si vous avez un soucis à premium@basketeurope.com
*
Adresse email
Vous devez renseigner votre adresse email
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Merci de renseigner une adresse email valide. Si vous avez une question, contactez-nous à premium@basket-europe.com
Cet e-mail est déjà enregistré. Merci d'en choisir un autre.
*
Mot de passe
Ce champ ne peut pas être laissé vide.
Please enter valid data.
Veuillez entrer au moins 5 caractères.
Select Your Payment Cycle
Select Your Payment Cycle
Sélectionnez votre moyen de paiement
Nom
Numéro CB :
Le numéro de carte ne peut pas être vide.
Merci d'entrer 16 chiffres
Maximum 16 digits allowed.
Veuillez renseigner les détails de votre carte.
Expiration - Mois (MM) :
Le mois d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : février -> 02
Année (AA) :
L'année d'expiration ne peut pas être vide.
Ex : 2018 -> 18
Cryptogramme :
Le nombre CVV ne peut pas être vide. Il s'agit des 3 chiffres présent au dos de votre CB
Les 3 chiffres se trouvant à l'arrière de votre CB, à côté de votre signature
Quel moyen de paiement souhaitez utiliser ?

SW Media, éditeur du site www.basketeurope.com traite les données recueillies pour nous permettre de satisfaire à votre demande d'abonnement.
Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et pour exercer vos droits, reportez-vous à la politique de gestion des données personnelles.


Déjà abonné ? Connectez-vous
Abonnement Premium En savoir plus
Valider

Photo d’ouverture: le 30e anniversaire de la médaille d’or des Jeux de Séoul.

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

Ecrire un commentaire

Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les transfert JeepElite pour la saison 2018 - 2019
Boutique Magazines et Abonnements