France – Russie : une victoire signée capitaine Boris Diaw !

Dylan De Abreu
1

Après s’être réunie à Strasbourg lundi, l’Equipe de France affrontait ce vendredi soir la Russie dans le cadre des matchs de qualifications pour la coupe du Monde 2019. Lors de la première fenêtre internationale de novembre, les Bleus avaient enregistré deux victoires face à la Belgique et la Bosnie. 

En plus de l’absence des joueurs d’Euroleague, Vincent Collet devait composer ce soir sans Edwin Jackson, qui s’est engagé à Barcelone, et Louis Labeyrie, touché au poignet. Sans ces deux éléments importants, la France a du mal à entrer dans son match à l’image de sa première possession hésitante. Alain Koffi hérite de la balle à quelques dixièmes de la sirène, air ball. Après une première remontrance de Boris Diaw à son meneur Andrew Albicy, c’est une nouvelle fois Alain Koffi qui se retrouve en position de tir. Cette fois c’est dedans.

Les Bleus prennent leurs marques grâce une défense agressive et pleine d’envie en passant par les habitués de la discipline que sont Charles Kahudi et Andrew Albicy ou encore Paul Lacombe qui a passé un nouveau cap sous les ordres de Zvezdan Mitrovic à Monaco. En attaque, les coéquipiers de Moustpaha Fall ne sont toujours pas en jambes, la balle tourne mais l’équipe manque du joueur qui saura faire la différence et mettre les points au bon moment. Cela même si Boris Diaw est, sans surprise, la pierre angulaire du jeu français. Tous les ballons passent par les mains du capitaine.  Face à une défense toute aussi agressive de la Russie, le premier acte se termine en eau de boudin. Axel Julien perd la balle et Andrey Zubkov marque à trois points au buzzer. Après dix minutes, les deux équipes sont à égalité, 12 partout alors que les joueurs de Vincent Collet ont mené 9-2. 

De retour sur le terrain, les Français ont toujours du mal en attaque et se relâchent en défense au fur et à mesure des rotations. La Russie repasse devant au score à huit minutes de la mi-temps (17-15). C’est la première fois depuis les première secondes du match où les Russes menaient 2-0.

Cette perte de vitesse concorde avec le moment ou Boris Diaw est remplacé. Les Bleus retombent dans leur travers à l’image de Paul Lacombe qui, sur une simple passe à Alain Koffi, se fait intercepter et oblige le Béarnais à faire faute. Antisportive, les russes prennent 4 points d’avance (27-23). A la pause et après une dernière possession une nouvelle fois laborieuse, les Français n’ont qu’un point de retard – Boris est revenu sur le terrain -, 29-28. Discret mais pourtant précieux dans le travail de l’ombre, c’est Charles Kahudi qui a la meilleure évaluation à la pause (7) avec 4 points et 5 rebonds tandis que Boris Diaw compte déjà six fautes provoquées en plus de ses 4 points, 4 passes et 3 rebonds.

Après un détour par les vestiaires, les Bleus retrouvent le parquet du Rhénus, mais les solutions sont toujours compliquées à trouver. Ensemble depuis seulement cinq jours, les Français n’ont pas tous les réflexes des systèmes de Vincent Collet comme le montre les coups de gueules de Diaw, notamment auprès du Dijonnais Axel Julien. Après sept minutes dans le quart-temps, les Russes prennent les devant (41-36) grâce à deux gros shoots à trois points de sa star Sergey Karasev. Côté Bleus, Hugo Invernizzi fait son retour sur le terrain. L’Alsacien de naissance se rappelle aux bons souvenirs et marque d’entrée derrière l’arc (41-39).  

Dans une salle strasbourgeoise qui commence doucement mais surement à monter en température, Charles Kahudi fait repasser les bleus devant (43-41) à un peu moins de deux minutes de la fin de la période. Malgré une tentative depuis sa moitié de terrain d’Invernizzi le score reste inchangé au moment où retenti la sirène. 

C’est dans les dix dernières minutes du match que s’installe le véritable mano a mano entre les deux équipes. Les deux sélections se rendent coup pour coup. Dans un Rhénus qu’il connait par coeur, Paul Lacombe donne même quatre points d’avance (53-49) à son équipe avant d’haranguer la foule. Sous les sifflets en défense et les « Allez les Bleus » en attaque, le Palois Elie Okobo artille à trois points, +6 pour les Français (58-52) à moins de trois minutes du buzzer final. Installés devant, les Français voient leur avance réduite en miette une nouvelle fois à cause d’une bombe à trois points de Sergey Karasev (58-58). Plus qu’une minute à jouer. Au buzzer de la possession, l’inusable Alain Koffi redonne de l’air à son équipe avant que Dmitrii Khvostov marque seul dans le corner (61-60 pour les Russes). A 61 partout, la Russie à la possession, Dmitrii Kulagin joue logiquement le pick avec Sergey Karasev. Particulièrement bien tenu par Andrew Albicy malgré 24 centimètres de différence, il est envoyé en touche et lance un tir avé maria mais récupère son rebond. Heureusement pour les Bleus le buzzer sonne et le Russe manque la cible. Prolongation au Rhénus !  

A trois points puis sur la ligne, Boris Diaw garde son équipe en vie dans cette prolongation alors qu’en face c’est Dmitrii Kulagin qui est en charge des opérations. L’arrière fait très mal aux Bleus en pénétration. Au milieu de la prolongation, la France est devant 67-65. D’un tir complètement fou après avoir fait sauter deux Français, Dmitrii Khvostov dégaine à trois points. Les Russes repassent devant 68-67 avant que Boris Diaw fasse de même de l’autre côté pour remettre les Bleus devant, 70-68. 

La balle de break dans les mains, Boris Diaw perd le ballon et Sergey Karasev ne tremble pas sur la ligne, 74-73 pour les joueurs de Sergey Bazarevich. Il ne reste alors plus que 24 secondes à jouer dans cette prolongation. En pénétration, Paul Lacombe ne parvient pas à aller au bout, la balle sort et après avoir revu la vidéo les arbitres la redonnent à l’Equipe de France. Moins de cinq secondes à jouer, Lacombe trouve Diaw sous le panier, deux points ! Les Bleus sont devant 75-74 avec 3,2 secondes à l’horloge. Enorme défense des Français, Paul Lacombe intercepte le ballon et c’est gagné ! 

Meilleur joueur de la partie, Boris Diaw a fait la totale aux Russes avec 23 points, 7 rebonds et 7 passes décisives pour une évaluation de 23. 

Photo : FIBA

Lire aussi... (et ce ne sont PAS des pubs)

1 Response
  1. NBAers_Grèce

    Bravo les Bleus et merci Boris ! Que ferait-on sans toi hein.^^
    3 matchs pour 3 victoires c'est top vu comment certaines équipes favorites galèrent dans les autres groupes.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives

octobre 2018
L M M J V S D
« Sep    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  
Tous les salaires de ProA pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Tous les salaires de ProB pour la saison 2017 - 2018
Boutique Magazines et Abonnements